Les bienfaits de l’Indoor Cycling

    Les bienfaits de l’Indoor Cycling

    Alors que les températures oscillent entre de l’estival et de l’hivernal, l’heure d’hivers elle s’est installée, et notre motivation et routine sportives s’en sont vues du coup un peu chahutées. La bonne idée du jour ? Opter (ou en tous cas tenter) l’Indoor Cycling.

     Qu’est-ce que c’est ?

    Moins sexy, la traduction littérale de l’Indoor Cycling signifie le vélo en intérieur, à savoir en salles. Rien de dingue a priori, le vélo en salle se pratique depuis des années. La différence est que le « cycling » ou le « spinning » ne s’effectue pas seul avec son casque et sa musique dans son coin, mais sont construits sur une trame de cours. Car dans cette tendance, nous sommes bien dans un cours. Si la marque Soul Cycle a été pionnière aux Etats-Unis à développer ce qu’on appelle le « spinning », les Néo-Zélandais Les Mills avaient déjà lancé des années avant un cours de vélo appelé RPM, où l’on pédale en rythme et en musique en modulant la résistance. En clair, avec l’Indoor Cycling, on pédale comme des dératés sur des rythmes effrénés, en alternant des phases de montée pour faire chauffer les cuisses et solliciter le cœur, et des phases de sprint ou on donne tout en faisant monter son cardio comme il faut.

    Cycling, spinning, RPM : même combat ?

    Non, absolument pas ! Si on tendance à ranger toutes ces activités dans le même sac, elles n’ont pourtant rien à voir. Les studios qui proposent de l’Indoor Cycling n’ont pas la même promesse, et de l’un à l’autre vous pouvez être comblé comme ne pas adhérer. Le RPM est un format bien à part, que l’on trouvera dans des salles de sport proposant d’autres cours Les Mills tels que le body attack ou le body pump. Très bien calibré, ce cours a le mérite d’être bien pensé et bien construit et permet de travailler son cardio tout en conservant un côté assez ludique.

    Côté Spinning, ce sont des studios qui vont proposer ce genre de cours : Kiwill, Dynamo et leurs camarades sont directement inspirés du fameux Soul Cycle qui a fait de nombreux petits. Le concept est simple : pendant 45 minutes on évacue les tensions en pédalant comme des fous au rythme de la musique mais surtout des coachs qui hurlent comme des dingues. La lumière est tamisée ou carrément éteinte et la salle reste éclairée par la flamme d’une bougie. Le coach guide la séance en nous invitant surtout à déconnecter et à se libérer plutôt qu’à performer. Petite précision également, en spinning les coachs ne sont pas tous coachs sportifs (diplômés donc) et on mise donc plus sur sa personnalité et son dynamisme que sur ses aptitudes. Enfin, le cycling lui est moins « formaté » qu’un cours de RPM, mais beaucoup plus axé performance et sport que le spinning. Les vélos sont équipés de manière à ce que le niveau de résistance s’affiche, permettant ainsi de pouvoir situer son effort, et souvent le niveau d’intensité et le classement avec les autres membres du cours également. S’installe alors un petit air de compétition et de dépassement de soi.

    Pour qui ?

    Les personnes cherchant à évacuer les tensions, maintenir leur cardio et se renforcer gentiment à coup de pompes sur le vélo, pourront opter pour le fameux spinning. Elles y libèreront leur stress et libèreront les endorphines nécessaires à leur équilibre, tout en conservant une activité physique. En revanche, ceux qui souhaitent gagner en puissance et ont besoin de monter dans les tours au niveau du cardio trouveront leur bonheur dans de vrais studios de cycling tels qu’Only Cycle ou Summit Cycle. Pour le RPM, le profil typique se rapproche plus du sportif amateur ou un peu plus rôdé, qui aime mixer le vélo avec d’autres activités que leur salle de sport peut proposer, pour s’inscrire dans une ppg ou une routine sportive plus globale.

    Derniers articles

    1. Raclette, chocolat chaud… comment éviter les petits kilos de l’hiver ?
    2. Cours 100% rameur : les bonnes raisons de s’y mettre
    3. Et si on cocoonait ?