En février, je clarifie mes intentions (et j’avance) !

    En février, je clarifie mes intentions  (et j’avance) !

    641

    En janvier vous avez commencé à gamberger en vous disant qu’avec une nouvelle année qui se profilait, il était temps de prendre un nouveau départ afin d’être le plus serein et heureux possible. Mais le mois de janvier avec sa lourdeur post-fête, ses galettes et son froid glacial n’a rien eu de très encourageant. Maintenant que nous sommes arrivés à février, le moment est venu de clarifier ses intentions et ses objectifs, et de mettre un peu d’ordre dans sa tête pour faire le point et avancer. ZippyPass (qui ça ?) vous donne quelques petits conseils et astuces pour vous aider ! 

    L’idée ici n’est pas de « prendre des bonnes résolutions ». Souvent radicales, elles sont vites abandonnées en cours de route. Mieux vaut prendre le temps de savoir vraiment de quoi on a besoin pour se sentir bien et de quoi on a réellement envie pour s’y tenir le plus possible. Vous pouvez par exemple décider d’être plus calme, de plus vous dépenser, de passer plus de temps avec vos proches, de commencer à penser un peu plus à vous qu’aux autres, etc etc.

    641

    Trouver son intention

    Cela peut paraître idiot comme première étape, mais rares sont les personnes qui savent vraiment ce qu’elles veulent. On croit souvent vouloir changer telle ou telle chose, avoir tel rêve ou telle envie, alors que finalement soit nous sommes influencés par un contexte (social, éducatif…) ou bien nous essayons de copier ou reproduire consciemment ou non la réussite professionnelle ou personnelle d’un tiers. Pour savoir ce dont on a besoin ou envie, il est d’abord recommandé de se vider l’esprit afin que les désirs se dessinent naturellement. Prenez l’air en vous isolant, faites une bonne séance de yoga pour relâcher toutes les tensions et vous reconnecter avec vous-même, éliminez le stress qui vous encombre en pratiquant un cours bien cardio puis en prenant le temps du revenir au calme pour vous recentrer, ou bien accordez-vous 15 minutes de méditation pour faire le vide, ou même, offrez-vous un massage pour laisser votre esprit vagabonder.

    Ne pas se laisser parasiter

    Prenez un papier et un crayon, ou l’application « notes » de votre téléphone si vous avez plutôt une âme 2.0, et notez ce que vous aimez, ce qui vous procure du plaisir. Rappelez-vous la ou les dernières fois que vous vous êtes senti utile, existant, souriant, vivant, et ne laissez pas des pensées parasites encombrer votre esprit. Une fois que vous avez votre liste, demandez vous lesquels de ces souvenirs ou de ces buts auraient le plus d’impact positif sur votre vie actuelle et essayez de trouver leur vrai sens : vous avez envie de vous remettre vraiment et régulièrement au sport… d’accord mais pourquoi ? Avez-vous besoin de vous sentir plus fort(e) ? Sentez-vous que vous vous sentiriez mieux avec une silhouette plus dessinée ? Cherchez-vous un moyen de vous décharger de votre stress quotidien ?

    D’un point de vue professionnel vous désirez quitter votre emploi et ouvrir une librairie ou une crêperie. Ok, mais pourquoi ? Pour entreprendre ? Pour être libre ? Parce que vous aimez être au contact des gens ? Affiner votre intention vous permettra de vous y tenir plus facilement sans avoir l’impression de passer par des contraintes.

    Bien les ancrer

    Histoire de conditionner votre cerveau à vous amener à faire ce qu’il faut pour arriver à votre but, vous pouvez avoir recours à la visualisation créatrice. Accordez-vous un moment de calme et imaginez-vous accomplir votre objectif. Quelles sensations avez-vous ? Que portez-vous ? Que sentez-vous ? Vous pouvez également vous fabriquer un tableau de visualisation composé d’images qui représentent ce que vous souhaitez accomplir, le regarder régulièrement peut s’avérer être très inspirant. Oui, c’est ce qu’on appelle la pensée positive !

     

    Sophie V.

    Derniers articles

    1. Activité aquatique : pourquoi en faire et laquelle choisir ?
    2. Sport aquatique : explications et bienfaits pour la santé
    3. Interview ResoConcept - Fabien Abadie