5 tips pour mieux s'entrainer dans le froid

    5 tips pour mieux s'entrainer dans le froid

    Le mercure en berne ne vous incite pas à mettre le nez dehors. Pourtant, l’entrainement dans le froid accroit la dépense énergétique et aurait des vertus antistress. A condition de suivre quelques règles de base pour profiter d’un smart training parmi les frimas.

    1. Just do it

    Oui, vous avez bien lu. Les moments où l’on hésite sont les moments les plus propices au doute, et surtout à la tonne d’excuses pour ne pas faire de sport et rester bien au chaud en se disant que « demain, on ira ». No way.

    Comment : laissez vos affaires de sport en évidence. Rentrez chez vous, buvez un verre d’eau + une petite compote et sautez (littéralement) dans vos baskets et zou. Pas le temps de réfléchir, allez-y. Les premiers instants seront saisissants, puis votre organisme montera en température et hop, c’est parti pour les endorphines et surtout, la fierté d’avoir bravé le froid. Ancrez en vous ce sentiment de fierté, de bien-être et d’accomplissement la prochaine fois que vous hésiterez !

    2. S’échauffer plus longtemps 

    … et mieux ! C’est basique. Simple. Logique. En été, lorsqu’il fait chaud, on s’échauffe un peu et zou. On se sent prêt pour l’effort plus rapidement. En hiver, avec le mercure très bas, le corps a besoin de davantage de temps pour monter en température, huiler ses articulations, augmenter le débit sanguin, se préparer à la séance, surtout si elle est courte et intense. De quoi limiter les risques de claquage.

    Comment : comptez 15 à 20 minutes. Marche rapide, séries de montées de genoux, pas chassés, moulinets de poignets, de cheville et des mouvements spécifiques de la séance (un travail de mobilité accroupi si vous faites des séries de squat après, par exemple).

    3. S’équiper technique

    Encore une fois, logique. Le 100% coton ? La matière qui se gorge de votre transpiration et qui ne l’évacue pas ? Nan, on évite. 

    Comment : la technique de « l’oignon ». Une première couche qui régule la température et qui maintient au chaud et au sec. Une deuxième qui isole du froid en gérant l’évacuation de l’humidité. Une troisième, une veste coupe-vent pour éviter que le froid ne s’engouffre dans la seconde couche. Easy, non ? En bas, un legging chaud. Sur les extrémités, on protège ! Des gants fins pas trop serrés. Un bonnet en textile technique ou s’il ne fait pas trop froid, le buff, un espèce de tube qui peut se porter en tour de tête, autour du cou ou en cache-nez. Et l’on s’équipe avec des bandes réfléchissantes quand on s’entraine après 17 h ! 

    4. S’hydrater (vraiment)

    Avoir un bon statut hydrique est super important, quelle que soit la saison et votre niveau de pratique sportive. Problème : le temps froid peut amoindrir voire supprimer la sensation de soif. 

    Comment : buvez sans sensation de soif. Tout au long de la journée. Majorez, par petites gorgées, vos apports hydriques. Si vous ne pouvez/voulez pas emporter de gourde avec vous, assurez-vous d’être super bien hydraté avant votre sortie. Rappel : l’hydratation, ce n’est pas prendre 2 verres d’eau avant de partir. C’est 1 à 2 jours avant, on boit régulièrement, par gorgées, et l’on choisit des aliments riches en eau (légumes, fruits, notamment).

    5. Savoir quand s’arrêter

    Hum, parfois, il faut savoir mettre son orgueil de côté et arrêtez de jouer au héro, que vous êtes par ailleurs, mais peut-être pour d’autres raisons. En effet, les jours particulièrement froids et/ou trop venteux, le risque d'hypothermie et de gelure augmente, même si l’on est bien enveloppé. Si l’on part pour une grande boucle et que l’on a des crampes loin de chez soi, on s’arrête, on marche… et… l’organisme produit moins de chaleur. 

    Comment : on la joue sécurité les jours les plus froids. On s’éloigne peu du domicile en choisissant des itinéraires avec des petites boucles. On se munit d’une ceinture dans laquelle on glisse clés, carte de crédit et smartphone en cas de problème. 

    Derniers articles

    1. Activité aquatique : pourquoi en faire et laquelle choisir ?
    2. Sport aquatique : explications et bienfaits pour la santé
    3. Interview ResoConcept - Fabien Abadie