J’ai nagé avec Alain Bernard : ses conseils

    J’ai nagé avec Alain Bernard : ses conseils

    Nager avec un champion olympique, un rêve de gosse, ou presque ! Après le tsar « popov », « titou » alias Franck Esposito, et le clan Manaudou, Alain Bernard est l’un des athlètes qui m’ont donné envie de faire du sport et de prendre du plaisir dans le dépassement de soi. Ayant tutoyé les bassins chlorés pendant mon adolescence, nager aux côtés des plus grands, c’était un peu « faire comme si », « faire comme eux »…

    Eux, ce sont les forçats des bassins, qui répètent inlassablement les mêmes gestes, à bout de bras, immergés dans un rectangle bleu azur, en quête d’un instant de grâce, de rêve, celui des champions. Retraité des podiums, le « requin blanc » de la natation française vient de signer un partenariat de 5 ans avec l’équipementier Aquasphère. Son credo ? Alignement, propulsion et respiration. Explications.

    Un palmarès de géant

    Rendons à César ce qui lui appartient. Pour celui que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître, le nageur d’Aubagne, licencié au Cercle des nageurs d’Antibes, est aussi le premier nageur du monde à couvrir le 100 mètres nage libre en moins de 47 secondes, en 2009 (à l’ère des combinaisons en polyuréthane, retirées depuis).

    En 2008, avec son mètre 96, il claque un 47’21 aux JO de Pékin et s’adjuge un titre champion olympique sur la même distance, surclassant une concurrence féroce et homogène (Sullivan, Cielo, Lesak). A Londres, 4 ans plus tard, il confirmera ensuite sa suprématie en intégrant l’équipe des relayeurs sur la distance reine. Physiquement épuisé, ce grand monsieur de la natation se retire alors en toute maîtrise. Depuis, Alain Bernard, compagnon de la nageuse Coralie Balmy, se mouille pour Eurosport en tant que consultant mais aussi pour des causes plus engagées (Unicef) ou des partenariats plus sportifs. Avant de plonger pour une séance de coaching, l’ancien champion olympique, calme et cool, a répondu aux questions de MaSalledeSport.

    Les compétitions, l’adrénaline, Nelson Monfort, ça ne te manque pas ?

    Alain Bernard : Par moments, évidemment ! Mais je sais surtout que ces émotions intenses ne vont pas sans l’entraînement stakhanoviste qui va de pair : le réveil qui sonne tôt le matin, le dos courbaturé, la non-envie totale de se jeter dans l’eau et de devoir y aller quand même… ça, ça ne manque pas !

    Ta routine sportive ?

    A. B. : Je nage beaucoup moins ! Un peu de running, de musculation, et de squash avec un ami qui a le même niveau. De l’entretien et beaucoup de fun !

    Les 3 erreurs des débutants en natation ?

    A. B. : Elles concernent tout le monde, moi y compris. Dans mes vidéos de coaching (disponibles sur Youtube, ndlr) j’ai cerné trois paramètres : l’alignement, la propulsion, la respiration. L’un des deux influe toujours sur les autres. Par exemple, une personne qui ne sait pas bien respirer va vouloir s’extirper de l’eau et trop relever la tête, perturbant ainsi l’alignement.  Tout est lié, tout se tient. Si l’on décompose le mouvement et qu’on le recompose en nage complète, ça devient magique.

    Pour bien nager, on mise sur la technique ou un programme de champion ?

    Les deux, mon général ! Mais la technique d’abord. Je préfère voir des nageurs / nageuses qui pensent « quality time » plutôt qu’ils nagent 2 ou 3 km comme des bourrins. Sur une bonne technique, on peut mettre de la force et de la puissance. Pas l’inverse.  Et puis, aujourd’hui, on a des accessoires très spécifiques (palmes, plaquettes, pull-boy, tuba frontal) comme le tuba frontal, qui permet de ne pas tourner la tête pour respirer, et se concentrer sur l’alignement et la propulsion.

    Ma séance avec le « requin blanc »

    Dans le bel espace sportif du Racing Club de France, le coach a mouillé son maillot. Quelques longueurs d’échauffements, puis, place aux exercices éducatifs : crawl rattrapé avec planches, puis, mains sur le bord du bassin, en battement de jambes regard vissé sur le fond, histoire de prendre la bonne position alignée et de pouvoir respirer en gardant la tête dans l’axe. Ensuite, un petit jeu de propulsion, avec des palmes, en faisant le moins de mouvements possibles et en se laissant glisser. Alain, en apnée, du fond du bassin, nous regarde évoluer pour nous dispenser quelques conseils sur notre retour de bras et autres inventions farfelues de technique de nage.

    Pour le fun, 25 mètres de course, tous en même temps ! Se défoncer aux côtés d’un champion olympique, le pied ! J’arrive néanmoins bon deuxième, le « requin blanc » n’ayant rien perdu de son crawl véloce… Je l’aurai un jour, je l’aurai !

    Masques, palmes, tubas…

    Soyons brefs, soyons francs, soyons vrais. En toute franchise, mon équipementier de cœur était plutôt Speedo,  lequel m’a accompagné pendant tous mes weekends de compet’. Jamais trouvé mieux, j’abordais donc le test des produits Aquasphère un peu circonspect. Mais j’ai été agréablement surpris par la qualité du matériel de test. Dans le désordre :

    - Lunettes Kaiman exo : très confortables, vision à 180° bien plus large que d’habitude, super étanchéité. Il faut dire que la marque vient de l’univers de la plongée sous-marine ! Pour la petite histoire, les lunettes font l’objet de beaucoup de R & D (recherche et développement, ndlr). Elles sont testées sur 200/250 visages différents afin d’identifier les zones d’appuis communes. Le petit + ? Sans plomb, ni latex, ni cadnium, 100 % made in Italie.

    - Maillot de bain : pas révolutionnaire. Pour les compétiteurs, une collaboration avec le nageur surtitré Michael Phelps, dont les goûts sont, disons, « hauts en couleurs ».

    - Palmes Alpha fins : Grosse révélation ! Qu’est-ce que c’est que ces palmes en forme d’oreilles de lapin ? Très intrigué au départ, la sensation de puissance me surprend. Surtout pour une voilure aussi courte ! La clé ? Un profil asymétrique pour des battements optimisés, et donc, une meilleure rotation du corps. Il fallait y penser ! Très confortables, munies d’une voute plantaire, un chaussant différencié (pied droit/pied gauche). A essayer pour de nouvelle sensations !

    Conseil du pro : Rincez toujours votre matériel après une séance de natation. Corrosif, le chlore attaque les tissus, le plastique des palmes et plaquettes, comme le traitement antibuée des verres de lunettes. Systématisez ce geste pour une meilleure durabilité de vos équipements.

     

     

    Charles Brumauld

     

    Derniers articles

    1. Stop au sucre ! Pourquoi et comment le remplacer ?
    2. Top 10 des meilleurs salles de sport et studios parisiens
    3. J'ai couru la Spartan Race !